Intéressé par les idées réformatrices qui circulent, le Chapitre général vaudois décide en 1526 d'envoyer des émissaires dans le nord des Alpes pour juger de la situation. Ils rencontrent Guillaume Farel à Aigle. Quatre ans plus tard, le Chapitre de Mérindol envoie une nouvelle mission exploratoire qui va à Berne, Bâle et Strasbourg. Les délégués vaudois vont avoir des entretiens avec Oecolampade et Bucer. Ceux-ci expriment un jugement positif sur la théologie et la spiritualité vaudoises. Ils lui reconnaissent un caractère profondément biblique et évangélique, tout en formulant quelques réserves. Ils craignent avant toute chose les mouvements sectaires comme les anabaptistes qui poussent le message luthérien jusqu'à ses extrêmes conséquences, en proposant comme modèles des communautés de croyants parfaits. Les Vaudois ont en effet un point commun avec ce courant anabaptiste : la nette séparation des pouvoirs civils et religieux.


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie