On peut distinguer la Réforme magistérielle, introduite et établie avec l'aide des princes ou des Conseils des villes, de sa dissidence du 16e siècle, la Réforme radicale.
" S'inspirant des principes réformateurs (sola scriptura, sola fide), d'Erasme, de Luther, de Zwingli et de la mystique médiévale, la dissidence apparaît dès les premières années de la Réforme. Son histoire est marquée par des personnages et des événements multiformes [...] L'Eglise romaine verra dans la Réforme radicale l'aboutissement logique de la Réforme. [...] Les Réformateurs prendront leurs distances. [...] Les thèmes théologiques varient selon les cas : refus du baptême des enfants, accent sur le sacerdoce universel, vie communautaire, non-violence, intériorisation de la foi, millénarisme. On retrouve néanmoins des thèmes constants : le rejet de la symbiose Eglise/Etat, l'importance de l'engagement de l'individu, un accent sur l'éthique et les implications concrètes de la foi chrétienne. " (extrait de l'article " Réforme radicale " de Neal Blough, in : Jean Baubérot/Hubert Bost, Protestantisme, Genève : Labor et Fides, 2000)

Théovie se présente

Théovie se présente

Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie

Théovie: Comment ça marche ?

Théovie: Comment ça marche ?
Soutenir Théovie