Face à la souffrance et au malheur, l'effort humain consiste à comprendre, à expliquer ou à intégrer ce qui arrive dans un système philosophique ou théologique. Différentes lectures de ce qui arrive existent et se côtoient. Toutes peuvent avoir de la valeur aussi longtemps que c'est celui ou celle qui souffre qui prend la parole sur sa propre situation. Ce qui est particulièrement irrecevable c'est quand un tiers explique à celui qui souffre le sens de sa souffrance.
Un monsieur est allé voir un ami à l'hôpital. Il était très malade et très inquiet. Le monsieur cherche à lui dire des paroles de consolation. Rien n'y fait. Un jour, il vient le voir et trouve son ami paisible et tranquille dans son lit. Il lui demande ce qui lui arrive. Celui-ci lui répond : " C'est parce qu'enfin, j'ai compris que c'était Dieu qui m'envoyait cette maladie ! " Le monsieur en question reste bouche bée devant ce qu'il juge être une explication affreuse et horrible de la maladie. Toutefois, il reconnaît que c'est l'explication de son ami et qu'elle semble l'apaiser. Son ami lui dit : " Tu comprends, je sais maintenant que ma maladie n'est pas la conséquence d'un pouvoir maléfique. Dieu, je le connais, je vais pouvoir me disputer avec lui ! "
Cette histoire traduit bien la difficulté qu'on a parfois de ne pas parler à la place de celui ou de celle qui souffre mais de respecter l'expérience de l'autre. La réponse à la maladie, au malheur est toujours une réponse individuelle. On ne peut pas la donner " une fois pour toutes ", et surtout ce n'est pas un tiers qui peut l'imposer, alors qu'il ne se trouve pas concerné.


Echangeons !

Sujets de discussion Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie