Chronologie 1

 

         

 

Evénements de portée générale

 

Jean-Sébastien Bach

 

Evénements liés à Bach

1618-
1648

Guerre de Trente Ans

       

1682-
1683

Peste à Erfurt

   

1646-
1716

Gottfried Wilhelm Leibniz

       

1675

Pia Desideria de Philipp Jakob Spener (1635-1705)

1685

Révocation de l'Edit de Nantes (1598) Arrivée des huguenots en Prusse Les Lumières en France

1685

Naissance à Eisenach le 21 mars

   
   

1694

Mort de sa mère

   
   

1695

Mort de son père. Départ pour Ohrdruf, chez son frère aîné

   
   

1700

Départ pour Lunebourg et rencontre avec Georg Böhm

   
   

1703

" Musicien " à la cour de Weimar

   
   

1703-
1707

Organiste de l'Eglise Neuve d'Arnstadt

   
   

1707

Mariage avec sa cousine Maria Barbara Bach

   
   

1707-
1708

Organiste de l'église Saint-Blaise de Mühlhausen, les premières cantates

   
   

1708-
1717

Organiste de la cour de Weimar

   
   

1710

Naissance le 22 novembre de Wilhelm Friedemann Bach, fils aîné de J.S.Bach

   

 

 

 

Suite

 

 

Chronologie 2

       
 

Evénements de portée générale

 

Jean-Sébastien Bach

1712-
1786

Frédéric II le Grand, roi de Prusse de 1740 à 1786

   

1713

Les Traités d'Utrecht mettent fin à la Guerre de Succession d'Espagne : l'Electeur de Brandebourg est reconnu comme roi de Prusse

   
   

1717-
1723

Maître de chapelle à la cour de Cöthen (calviniste !)

   

1720

Sa femme Maria Barbara meurt le 7 juillet

   

1721

Mariage le 3 décembre avec Anna Magdalena Wilcken

   

1723-
1750

Directeur musical de la ville de Leipzig et Cantor à Saint Thomas

   

1736

Nommé " Compositeur du Roi de Pologne, Prince Electeur de Saxe "

1741

Guerre entre Frédéric II et la reine Marie Thérèse d'Autriche

   

1742

Paix de Berlin entre Frédéric II et Marie Thérèse d'Autriche, la Prusse sort de la coalition antiautrichienne, la Saxe suit contre son gré

   

1745

Les Prussiens envahissent Leipzig et Dresde, et une semaine plus tard on établit la paix, la Saxe est libérée.

   
   

1747

Séjour à Potsdam chez Frédéric II

   

1750

Deux opérations de la cataracte échouent. Bach meurt le 28 juillet


Réformés en Allemagne avant Bach

Contrairement à son évolution dans d'autres pays européens, le calvinisme n'a pu se développer que dans certains territoires et villes d'Allemagne. Toutefois, dans la deuxième partie du 16e siècle, le calvinisme s'étend vers l'Europe de l'Ouest, il pénètre dans le Palatinat qui devient, sous l'électeur Frédéric III, calviniste en 1560. L'université de Heidelberg en est le centre spirituel. En 1577/1578 s'ajoute Nassau-Dillenbourg, dont la Haute Ecole Herborn se mesure plus tard à l'université de Genève et aux universités néerlandaises. Différents comtés épars, surtout à l'ouest ou nord-ouest de l'Allemagne adoptent également le calvinisme. Plus regroupés sont les comtés calvinistes à la frontière néerlandaise, en Rhénanie et Westphalie. Autour de Emden, tout le territoire devient calviniste, ainsi qu'en Allemagne centrale, le territoire de Anhalt. En 1613, la dynastie brandebourgeoise des Hohenzollern adopte la foi réformée. Après la Guerre de Trente Ans (1618-1648), on trouve dans ce pays le pouvoir protestant le plus influent d'Allemagne. Mais quand Johann Sigismund de Brandebourg change de confession, il renonce au droit d'imposer sa nouvelle confession réformée à ses sujets. Ainsi, en Brandebourg-Prusse, le calvinisme reste limité à la classe dirigeante et aux fonctionnaires, tandis que la population reste luthérienne.
Comme les autres confessions chrétiennes, le calvinisme doit se soumettre à la Paix d'Augsbourg (1555), il n'a donc pas développé de confessions de foi propres contrairement à ce qui a été le cas dans d'autres pays de l'ouest de l'Europe. Le calvinisme allemand a produit des Ordonnances ecclésiastiques, comme en Palatinat (1563), dans lesquelles se trouve le Catéchisme de Heidelberg.


Les Réformateurs et la Bible

Pour les Réformateurs, la Bible redevient le livre de référence, qui a autorité en matière de foi. Contrairement à ce que l'on dit parfois, ils n'ont pas " redécouvert " la Bible. Elle n'a jamais été oubliée. Au Moyen Age, les clercs l'étudient, les prêtres la commentent dans les prédications, en lisent des passages dans les offices ; tableaux et sculptures en représentent des épisodes ; on la raconte et on en met en scène certains passages dans des représentations théâtrales (les " mystères "). Par contre, le texte est peu accessible : peu de gens savent lire, et les manuscrits sont rares et très coûteux. C'est donc l'Eglise qui la fait connaître et en même temps l'explique.
L'invention et le développement de l'imprimerie au 15e siècle permettent d'avoir accès à la Bible indépendamment d'une médiation ecclésiastique, et de confronter le message biblique à l'enseignement de l'Eglise : c'est ce que la Réforme préconise de faire. La Bible devient le bien commun de tous les chrétiens, elle n'est pas la propriété de l'institution ecclésiastique. Les croyants ne dépendent plus du prêtre pour leur connaissance de la Bible ; ils y ont accès directement.
Au 16e siècle, le développement du protestantisme rend le catholicisme méfiant envers la diffusion du texte biblique. A la suite du concile de Trente, on en restreint la lecture : elle est réservée à des gens instruits et soumise à l'autorisation du curé. Il ne s'agit pas, pour le catholicisme de cacher la Bible, mais d'en contrôler la lecture. Le catholicisme favorise une lecture communautaire et non individuelle, et une lecture religieuse (insérée dans un accompagnement spirituel ou une direction de conscience) et pas seulement intellectuelle. Il existe toutefois des exceptions où l'on souhaite une lecture plus indépendante par le fidèle.
La Bible tient une place importante dans la piété protestante : le culte personnel, familial, paroissial se centre sur la lecture et la méditation de la Bible. De même, pour l'essentiel, le catéchisme commente et explique des textes bibliques. Des musiciens protestants comme Bach composent ce que l'on peut appeler des commentaires musicaux.


La place de la musique dans le luthéranisme et le calvinisme

La question de la musique est loin de faire l'unanimité au moment de la Réforme. Les Réformateurs ont chacun avec elle une relation particulière.
Luther lui donne la deuxième place après la théologie et compose lui-même librement de nouveaux cantiques sur des airs populaires. Lui-même et toute la tradition luthérienne vont ainsi susciter une importante publication de cantiques qui sont des commentaires du texte biblique ou expriment des points centraux de la doctrine. La musique a ici un rôle théologique qui est de traduire le " joyeux cri de l'Evangile " par le chant, ou aussi à travers la musique instrumentale.
Par contre, Calvin et la tradition calviniste cultivent une certaine méfiance vis-à-vis de la musique. En fait, il craint qu'elle ne soit la porte ouverte à toutes sortes de " musiques diaboliques ". Calvin et la tradition calviniste en viendront même à ordonner de démonter les orgues dans les temples. Calvin décide finalement que seuls les textes bibliques peuvent être l'objet du chant des fidèles. Aussi demandera-t-il que les 150 psaumes soient mis en musique. Peuvent être également chantés des cantiques se trouvant dans la Bible comme le cantique de Siméon, le Magnificat, etc.


La théologie luthérienne

Le Réformateur Martin Luther est lui-même musicien et dans sa famille, on joue de la musique. Mais son amour pour la musique a des racines plus profondes. Il est en lien direct avec sa théologie qui définit l'Evangile même, le centre de toute théologie, comme " le cri joyeux " que le chant exprime de manière fidèle. La foi vient de ce que l'on entend, dit-il en reprenant une expression de Paul. Cette idée prévaut aussi chez Bach. Il considère son travail de compositeur, de chef de choeur et de musicien comme celui du témoin qui annonce ce dont il vit. Sa musique est une forme de prédication.


Les Passions

Jusqu'au 17e siècle, les " Passions ", c'est-à-dire des productions musicales qui racontent l'histoire de la mort de Jésus, sont composées a cappella (c'est-à-dire chantées sans accompagnement instrumental). Au cours du 17e siècle, on ajoute petit à petit des chorales représentant le peuple et un accompagnement par un orchestre ou quelques instruments. On ajoute aussi du texte. Normalement, le texte de base pour les Passions est l'histoire biblique de la souffrance de Jésus jusqu'à sa crucifixion. Mais d'autres textes peuvent être utilisés. Ainsi, la Passion selon Matthieu de Bach utilise un texte du poète Picander qui a beaucoup écrit pour les cantates et oratorios de Bach.


Eisenach

20060601184017

La ville d'Eisenach est au cœur de la région de Thuringe qui depuis toujours est associée à la poésie, en particulier aux troubadours (Minne), et à la religion. Au sud de la ville se trouve la Wartburg, cette forteresse qui a abrité Luther quand celui-ci a dû chercher refuge. Il est fort probable que Jean Sébastien connaissait bien ce lieu qui a vu la première traduction de la Bible. Comme Luther 200 ans avant lui, Jean Sébastien participe au chant de la Schulkurrende. Cette tradition existait à Eisenach depuis le 15e siècle et consistait à chanter en groupe, allant de maison à maison pour recevoir une obole.
Avant Jean Sébastien, la ville d'Eisenach avait accueilli des musiciens connus. En 1677, Johann Pachelbel devient musicien à la cour avant de partir un an plus tard pour Erfurt. Johann Christoph, le frère aîné de Jean Sébastien y est devenu son élève et a transmis à Jean Sébastien ce que lui-même avait appris auprès du fameux compositeur.


Révocation de l'Edit de Nantes et arrivée de huguenots en Allemagne

Quand Louis XIV révoque l'Edit de Nantes en 1685, toute l'Europe réagit avec indignation. Aussitôt, la même année, Frédéric Guillaume, prince électeur de Brandebourg, publie l'Edit de Potsdam invitant tous les réfugiés protestants à venir dans son pays. Des milliers de français viennent alors s'installer en Prusse-Brandebourg. Leur savoir-faire dans l'artisanat et le commerce est d'un bénéfice inestimable pour le Brandebourg, en pleine expansion économique. A Berlin, autour de 1750, un habitant sur trois est français ! Dans la vie culturelle et scientifique de Prusse, les huguenots français jouent un rôle important. On vient même à recruter parmi eux des militaires et fonctionnaires.


La redécouverte de Bach en Allemagne et au-delà des frontières

En Allemagne, les contemporains de Bach apprécient surtout le génie et la virtuosité qu'il montre à l'orgue. Son oeuvre et son influence restent d'abord cantonnées autour de l'école Saint Thomas à Leipzig, et dans les régions où exercent ses élèves. C'est autour de l'an 1800 que la biographie très enthousiaste rédigée par N.Forkel a un certain retentissement dans la population. Mais ce n'est qu'en 1829, avec la représentation de la Passion selon Matthieu par Mendelssohn à Berlin, que l'attention générale se dirige vers le maître de chapelle de Leipzig. La Société Bach (Bachgesellschaft), fondée en 1850, édite toutes les oeuvres disponibles et rend donc possible une reconnaissance qui va très vite devenir internationale.


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie