A

Anthropologie

Ce mot vient de deux mots grecs : anthropos (l'humain) et logia (science). Il désigne la compréhension et la définition de l'être humain. Ainsi on parle d'anthropologie biblique pour exprimer la manière dont la Bible décrit la condition humaine

Apologétique

L'apologétique est la partie de la théologie ou un discours théologique qui vise à défendre la religion chrétienne contre ses détracteurs et fonder ainsi la foi des fidèles

Augustin (354 - 430)

Augustin est sans doute le plus célèbre des Pères de l'Eglise. C'est lui qui a laissé l'œuvre la plus abondante, la mieux conservée et qui a produit un héritage important, même si ses héritiers n'ont pas toujours été fidèles à la pensée du maître. Il est aussi connu à cause de son livre Les Confessions, où il parle de sa vie à la première personne. Augustin est né en Afrique à Thagaste, dans une famille de la classe moyenne. Seule sa mère Monique était chrétienne. Brillant élève, il peut continuer ses études de rhétorique grâce à l'appui financier d'un ami de son père. Il est très ambitieux et voudrait gravir les échelons de la société romaine. Il fait remonter lui-même le tournant majeur de sa vie à la lecture de l'Hortensius de Cicéron. Commence alors pour Augustin une quête de la vérité qui aboutira quatorze ans plus tard au baptême, puis à la prêtrise et à sa charge d'évêque d'Hippone. Entre temps, il découvre la philosophie, tout en lisant la Bible qui le déçoit beaucoup. Nommé rhéteur à Milan en 384, il rencontre Ambroise dont la qualité de la prédication lui permet de se faire une autre idée de la foi chrétienne. En même temps il découvre, sans doute à partir de la philosophie de Plotin, la voie de l'intériorité. A la suite d'une expérience spirituelle, il renonce à son métier. Il mène pendant quelque temps une vie monastique en communauté.
De retour en Afrique, après la mort de sa mère et de son fils Adéodatus, sa vie se confond avec sa double tâche d'évêque et de théologien. Il a contribué au maintien de l'unité de l'Eglise en Afrique, fortement menacée par des hérésies et isolée après la chute de Rome. Il meurt le 28 août 430 dans Hippone assiégée par les Vandales, laissant 800 sermons, 300 lettres, et une centaine de traités. La Cité de Dieu, ouvrage apologétique rédigé à la fin de sa vie, reste son chef d'œuvre. Son traité dogmatique La Trinité a exercé une influence décisive sur la doctrine trinitaire occidentale.

En savoir plus

D

Dualisme

Le dualisme est une forme de pensée qui essaie d'établir deux principes qui sont à la fois égaux et contraires. Ainsi, le dualisme sépare dans l'être humain ce qui relèverait de " l'âme " et ce qui relèverait du " corps ". Cette forme de pensée quand elle ouvre à des considérations théologiques croit en un dieu du bien et un dieu du mal. En ceci, elle rejoint le manichéisme

I

Idole

Une idole est une image (statue ou peinture) qui représente la divinité. L'idolâtrie est le culte rendu à cette image : elle divinise une réalité terrestre. On parle d'idole aujourd'hui pour désigner une star ou un personnage que des gens vénèrent et qui prend pour eux une importance démesurée

L

Liturgie

1. Livre contenant les formulaires du culte communautaire.
2. Nom donné aux parties fixes du culte, les distinguant de la prédication.

M

Manichéisme

Fondé par un perse, Mani, au 3e siècle, le manichéisme est une religion syncrétique dont la base est la lutte originaire entre les ténèbres et la lumière. Cette religion mêlait des éléments du christianisme et du bouddhisme. Le bien et le mal sont considérés comme des principes fondamentaux, égaux et antagonistes. On retrouve des idées du manichéisme chez les cathares combattus comme hérétiques par l'Inquisition au 12e siècle. Ce terme désigne aujourd'hui une conception dualiste qui sépare le monde en bien et mal, en corps et âme, en ténèbres et lumière, etc

N

Néoplatonicien/Platonisme

Le mot platonisme désigne la philosophie de Platon (428-347 av. JC), mais aussi le courant philosophique inspiré ou issu de lui. Cette philosophie est caractérisée par une dualité entre le monde sensible et le monde intelligible, entre les réalités concrètes qui sont de l'ordre de l'apparence et le monde des Idées, formes idéales et objectives qui concernent l'essence des choses. L'âme est appelée à s'élever par degré des apparences multiples, variables, changeantes vers les Idées, modèles immuables, dont le monde sensible n'est que le reflet. L'absolu étant l'Idée de Bien. La philosophie de Platon a eu une grande influence sur la théologie chrétienne. Qu'elle soit attaquée ou passée sous silence, elle était généralement connue des chrétiens érudits. Certains ont identifié l'Idée du Bien à Dieu.
On appelle néoplatonisme le mouvement philosophique dont Plotin (204-vers 270) est la figure de proue. C'est une sorte de syncrétisme de la pensée grecque (Pythagore, Aristote et Platon) et de mystique orientale. Pour Plotin, toute chose provient d'un principe ultime, simple, parfait, éternel, immuable, transcendant, inconnaissable qu'il appelle l'Un. Il n'y a pas de principe du mal, ce qui s'en approche le plus c'est la matière. L'influence de Plotin sur la pensée chrétienne commence avec Augustin.

P

Pélage

Comme pour beaucoup de courants hérétiques, on ne connaît la pensée de Pélage que par ses détracteurs, principalement Augustin. Pélage se trouve à Rome à partir de 380 jusqu'à la prise de la ville par Alaric en 410, date à laquelle il part en Afrique puis en Palestine. C'est un de ses disciples, Célestius, qui met en forme ses idées, tout en les radicalisant. Pélage affirme que l'homme, créature libre, participe à la grâce du Créateur. Il peut ainsi devenir véritable image de Dieu, sans péché, par ses propres forces. Par conséquent, Pélage rejette l'idée de péché originel. Les chrétiens sont donc appelés à devenir des purs au plan moral. La doctrine de Pélage, reprise par ses disciples, reçoit un écho favorable parmi les aristocrates, mais aussi dans les milieux monastiques d'Afrique. L'évêque Julien d'Eclane reprend ses idées. C'est surtout avec ce dernier qu'Augustin entre en discussion polémique.

Pères

On dit plus couramment " Pères de l'Eglise ". On désigne ainsi les théologiens des premiers siècles jusqu'aux 7e/8e siècles. En patristique (recherche sur les textes des Pères de l'Eglise), on appelle " Pères Apostoliques " ceux qui succèdent directement aux apôtres. Pour les suivants, on distingue entre " Pères latins " et " Pères grecs " selon la langue dans laquelle ils rédigeaient leurs écrits

S

Synagogue

C'est un mot grec qui veut dire " assemblée " . On désigne par là le lieu de l'assemblée en non pas l'assemblée en elle-même. Les juifs s'y retrouvent pour la prière, la lecture, son interprétation et la bénédiction

T

Trinitaire

La doctrine de la trinité ne se trouve telle quelle ni dans les textes de l'Ancien Testament ni dans ceux du Nouveau. Elle a été formulée comme doctrine face à des interrogations importantes lors des premiers conciles de l'Eglise. Elle cherche à dire l'unicité de Dieu se manifestant aux croyants sous différentes formes. On parle de Dieu en trois " personnes " : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Au cours des siècles, cette doctrine a été régulièrement contestée par des théologiens qui se considéraient pourtant chrétiens, par exemple Michel Servet au 16e siècle ou aujourd'hui les Eglises unitariennes

Théovie se présente

Théovie se présente

Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie

Théovie: Comment ça marche ?

Théovie: Comment ça marche ?
Soutenir Théovie