La même histoire dans l'évangile de Matthieu

  • Matthieu 15,21-28

    Partant de là, Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon.
    Et voici qu'une Cananéenne vint de là et elle se mit à crier : "Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David !
    Ma fille est cruellement tourmentée par un démon."
    Mais il ne lui répondit pas un mot. Ses disciples, s'approchant, lui firent cette demande : "Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris."
    Jésus répondit : "Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël."
    Mais la femme vint se prosterner devant lui : "Seigneur, dit-elle, viens à mon secours !"
    Il répondit : "Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens." --
    "C'est vrai, Seigneur ! reprit-elle ; et justement les petits chiens mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres." Alors Jésus lui répondit : "Femme, ta foi est grande ! Qu'il t'arrive comme tu le veux ! " Et sa fille fut guérie dès cette heure-là.

    Ce récit comporte quelques différences avec le texte de Marc : les disciples sont présents et actifs ; Jésus se tait d'abord face à la femme qui supplie ; sa réponse intervient au moment où les disciples lui demandent d'agir : ... Renvoie-la ... ou bien ... Délie-la ..., les deux traductions sont possibles.


La guérison

Des païens demandent une guérison pour un proche :

  • Luc 7,1-10

    Quand Jésus eut achevé tout son discours devant le peuple, il entra dans Capharnaüm.
    Un centurion avait un esclave malade, sur le point de mourir, qu'il appréciait beaucoup.
    Ayant entendu parler de Jésus, il envoya vers lui quelques notables des Juifs pour le prier de venir sauver son esclave.
    Arrivés auprès de Jésus, ceux-ci le suppliaient instamment et disaient : "Il mérite que tu lui accordes cela, car il aime notre nation et c'est lui qui nous a bâti la synagogue."
    Jésus faisait route avec eux et déjà il n'était plus très loin de la maison quand le centurion envoya des amis pour lui dire : "Seigneur, ne te donne pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit.
    C'est pour cela aussi que je ne me suis pas jugé moi-même autorisé à venir jusqu'à toi ; mais dis un mot et que mon serviteur soit guéri.
    " Ainsi moi, je suis placé sous une autorité, avec des soldats sous mes ordres, et je dis à l'un : "Va" et il va, à un autre : "Viens" et il vient, et à mon esclave : "Fais ceci" et il le fait.
    En entendant ces mots, Jésus fut plein d'admiration pour lui ; il se tourna vers la foule qui le suivait et dit : "Je vous le déclare, même en Israël je n'ai pas trouvé une telle foi."
    et de retour à la maison, les envoyés trouvèrent l'esclave en bonne santé.

  • Jean 4,46b-54

    Jésus revint donc à Cana de Galilée où il avait fait du vin avec de l'eau. Il y avait un officier royal dont le fils était malade à Capharnaüm.
    Ayant entendu dire que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il vint le trouver et le priait de descendre guérir son fils qui se mourait.
    Jésus lui dit : "Si vous ne voyez signes et prodiges, vous ne croirez donc jamais !"
    L'officier lui dit : "Seigneur, descends avant que mon enfant ne meure !"
    Jésus lui dit : "Va, ton fils vit." Cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il se mit en route.
    Tandis qu'il descendait, ses serviteurs vinrent à sa rencontre et dirent : "Ton enfant vit !"
    Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux et ils répondirent : "C'est hier, à la septième heure, que la fièvre l'a quitté."
    Le père constata que c'était à cette heure même que Jésus lui avait dit : "Ton fils vit." Dès lors il crut, lui et toute sa maisonnée.
    Tel fut le second signe que Jésus accomplit lorsqu'il revint de Judée en Galilée.


L'Evangile annoncé aux païens

  • Actes 10,44

    Pierre exposait encore ces événements quand l'Esprit Saint tomba sur tous ceux qui avaient écouté la Parole.

  • Actes 11,18

    (l'apôtre Pierre se rend chez le païen Corneille.)
    A ces mots les auditeurs retrouvèrent leur calme et ils rendirent gloire à Dieu : "Voilà que Dieu a donné aussi aux nations païennes la conversion qui mène à la vie !"

  • Ephésiens 2,11-22

    Souvenez-vous donc qu'autrefois, vous qui portiez le signe du paganisme dans votre chair, vous que traitaient "d'incirconcis" ceux qui se prétendent les "circoncis", à la suite d'une opération pratiquée dans la chair, souvenez-vous qu'en ce temps-là, vous étiez sans Messie, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.
    Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui jadis étiez loin, vous avez été rendus proches par le sang du Christ.
    C'est lui, en effet, qui est notre paix : de ce qui était divisé, il a fait une unité. Dans sa chair, il a détruit le mur de séparation : la haine.
    Il a aboli la loi et ses commandements avec leurs observances. Il a voulu ainsi, à partir du Juif et du païen, créer en lui un seul homme nouveau, en établissant la paix, et les réconcilier avec Dieu tous les deux en un seul corps, au moyen de la croix : là, il a tué la haine.
    Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches.
    et c'est grâce à lui que les uns et les autres, dans un seul Esprit, nous avons l'accès auprès du Père.
    Ainsi, vous n'êtes plus des étrangers, ni des émigrés ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu.
    Vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondation les apôtres et les prophètes, et Jésus Christ lui-même comme pierre maîtresse.
    C'est en lui que toute construction s'ajuste et s'élève pour former un temple saint dans le Seigneur.
    C'est en lui que, vous aussi, vous êtes ensemble intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu par l'Esprit.


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie