01 jean cl4

Jésus introduit sa réponse par l’affirmation solennelle : « en vérité, en vérité, je te le dis », ce qui est une façon d’insister sur l’importance de sa parole. Nicodème a reconnu en lui un « maître qui vient de Dieu » et Jésus donne à sa parole le poids d’une révélation divine. Il pose d’abord la condition « naître d’en haut » avant de dire que sans cette condition, personne n’a accès à la connaissance de Dieu. Il prend au dépourvu Nicodème qui vient avec tout son savoir sur Dieu. Le discours change de perspective : non plus les faits observables mais ce qui touche à l’existence, non plus les déductions raisonnables mais le langage imagé. Ce changement de registre va être source de malentendus pour Nicodème. Jésus associe la naissance, ce sur quoi l’être humain n’a aucune prise, à la possibilité de voir la présence de Dieu. Or, Nicodème soulève avec justesse qu’on ne peut retourner à la vie utérine, à l’origine, ni physiquement ni même en faisant appel aux souvenirs. Le malentendu réside là dans le double sens du mot « d’en haut » qui, en grec, signifie aussi « de nouveau ». Nicodème comprend « naître de nouveau » pris dans un sens physiologique sans passer au sens symbolique. Mais en même temps il met bien le doigt sur le fait que cette nouvelle naissance est un don. Le texte joue sur ce double sens pour dire que l’existence de toute personne n’est pas jouée définitivement à la naissance. Dieu peut donner une autre origine à notre vie et un nouveau départ.


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie