Le « parler en langues » dans les Actes des Apôtres, chapitre 2, désigne les différentes langues parlées par les apôtres pour annoncer la Bonne Nouvelle. Et « chacun pouvait les entendre parler dans sa propre langue ». Dans la tradition pentecôtiste (ainsi que dans d’autres mouvements charismatiques), cette expression a fini par désigner un langage de prière d’adoration qui est généralement incompréhensible par d’autres personnes.

Cahiers Evangile N° 124 supplément, Le récit de la Pentecôte, Service Biblique Evangile et Bible, Paris:Cerf, 2003, p. 108 :
« D’un point de vue pentecôtiste, (…) tout chrétien a reçu le saint Esprit, mais tous n’ont pas reçu le baptême ou effusion du saint Esprit. C’est une expérience qu’il doit attendre et rechercher. C’est par un « signe » - souvent le parler en langues – qu’il sait que maintenant il a reçu cette expérience. Il est alors agrégé à l’Eglise et reçoit de la force pour témoigner. Néanmoins ce parler en langues n’est pas un langage pour évangéliser les étrangers, mais un langage de prière qui lui permet d’adorer Dieu de façon audible ou dans le secret de son cœur. »


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie