Les cadeaux et l’origine du père Noël

CX 1

Selon les pays, les cadeaux ne sont pas offerts par le même personnage. En Bavière, la tradition veut que Jésus donne les cadeaux. En Russie, c’est saint Nicolas qui distribue les cadeaux le 6 décembre. En Espagne, les cadeaux sont distribués le 6 janvier par les mages, assimilés à des rois, et au nombre de trois. En France, le père Noël est censé déposer les cadeaux devant la cheminée de chaque maison. Le père Noël ou « l’homme de Noël » serait une tradition importée par les immigrés allemands aux États-Unis puis elle aurait retraversé l’Atlantique à la fin du 19e siècle. On retrouve dans le père Noël la figure du Saint Nicolas. Ce saint portant une longue barbe blanche et vêtu de sa mitre d’évêque est encore fêté en Alsace-Lorraine et dans les pays du nord de l’Europe. Cependant le père Noël n’est l’objet d’aucun culte et son costume n’a pas de caractère liturgique. Il a longtemps revêtu un habit bleu ou vert puis rouge au 19e siècle lorsqu’il fut récupéré par la firme américaine coca-cola dont les couleurs des bouteilles sont le rouge et le blanc. Le père Noël, produit marketing, perd ainsi de sa magie !


L’origine du sapin et des boules de Noël

CX2

La première mention en France du sapin de Noël se trouve dans un document datant de 1521 et conservé à la bibliothèque humaniste de Sélestat en Alsace. Le sapin garde ses aiguilles et reste vert toute l’année contrairement aux autres arbres qui perdent leurs feuilles en automne ; il symbolise ainsi l'éternité de Dieu. L’arbre est coupé au début du solstice d’hiver le 21 décembre et au début, il est simplement décoré de pommes et d’hosties. Les pommes rappelleraient le péché originel et les hosties, le corps du Christ. Les bougies représentent la lumière et les guirlandes évoquent le serpent. Puis les décorations perdent quelque peu leur signification religieuse. Apparaissent alors d’autres sortes de décorations : des roses en papier, des friandises (bonbons, noix, massepain, petits gâteaux), des bougies et enfin des jouets. L’usage du sapin est courant dans le protestantisme.Les boules en verre seraient originaires de Meisenthal dans le nord de l’Alsace. Après une période de sécheresse, les habitants auraient manqué de pommes pour décorer leur sapin. Les verriers de Meisenthal auraient alors eu l’idée de fabriquer des boules en verre pour remplacer les pommes. Ces boules sont toujours fabriquées de façon traditionnelle par des souffleurs de verre. Les décorations de Noël sont vendues sur les marchés de Noël pendant la période de l’Avent.


Traditions culinaires

gateaux

CX3

En France où les traditions culinaires sont fortes, il est de coutume de manger des mets raffinés à Noël tels que le foie gras, les huîtres, les volailles farcies. Ces mets n’ont pas de caractère spécifiquement religieux. En revanche, en Provence, il est de tradition de proposer 13 desserts le jour de Noël. Le chiffre 13 symbolise Jésus et les 12 apôtres. Les tables sont revêtues de trois nappes blanches et éclairées de trois bougies. Les treize desserts (les calenos en provençal) sont les suivants dans la région de Marseille : la pompe à l’huile ; les 4 mendiants représentant les quatre ordres religieux qui ont fait vœu de pauvreté : noix ou noisettes pour les Augustins, figues sèches pour les Franciscains, amandes pour les Carmes et raisins secs pour les Dominicains ; des pommes ; des poires ; du melon vert ; du nougat noir et du nougat blanc ; des sorbes ou des raisins frais. Selon les régions (Languedoc, région d’Aix en Provence), il existe des variantes et à ces desserts peuvent être substitués ou ajoutés : la fougasse d’Aigues-Mortes à la fleur d’oranger ; du chocolat ; des fruits confits ; des calissons ; de la pâte de coing ou des pâtes de fruits ; des bugnes ; des oreillettes. Enfin les dattes, les seuls fruits exotiques parmi ces desserts, symbolisent le souvenir de la fuite du peuple hébreu hors d’Égypte.

En Allemagne, le Stollen, qui est une brioche recouverte de sucre glace et garnie de pâte d’amande, de raisins de Corinthe et de fruits confits, évoque par sa forme allongée un bébé emmailloté tel l’enfant Jésus à sa naissance.

En Italie, le Panettone est également une brioche garnie de raisins de Corinthe et de fruits confits. Sa forme arrondie évoquerait le sein de Marie.

En Russie, un jeûne est observé durant toute la journée de la veille de Noël jusqu’à l’apparition de la première étoile. A ce moment-là, on mange le Kolivo qui est un plat composé de blé cuit accompagné de fruits secs. On confectionne également pendant la période de Noël des pains d’épices en forme d’étoile ou de sapin.

 


Les marchés de Noël

marché de noel

La tradition des marchés de Noël est originaire d’Alsace. Au Moyen Age, cette région fait partie du Saint Empire Romain Germanique. Le marché de Noël le plus ancien est celui de Strasbourg : il a déjà lieu au 16e siècle devant la cathédrale de la ville et s’appelle le Niklausmarkt (le marché de la Saint Nicolas). En 1570, le marché est rebaptisé Christkindelsmärik (le marché de l’Enfant Jésus) par le prédicateur protestant Johannes Flinner qui trouve que la figure de Saint Nicolas est « trop catholique » et qu’il est préférable que ce soit l’enfant Jésus qui distribue les cadeaux aux petits enfants. Le marché est déplacé vers d’autres places de la ville au cours des siècles. On y vend des objets de décoration et des mets spécifiques à la période de Noël : le pain d’épices, les petits gâteaux de Noël (Springerle, Bredele), ce qui est toujours le cas aujourd’hui. Petit à petit toutes les villes et villages d’Alsace ont organisé leur propre marché de Noël. Il en existe environ 70 de nos jours.Depuis les années 1990, les marchés de Noël s’étendent à d’autres régions de France. Ils s’exportent même à l’étranger car la ville de Strasbourg a pris l’initiative d’en installer un à Tokyo en 2009. Des projets sont envisagés à New York, Rio de Janeiro, Hong Kong et Singapour. Les marchés de Noël n’échappent plus à l’économie de marché.A l’entrée de ce marché de Noël, on peut voir le nom en dialecte alsacien Christkindelsmärik qui signifie « le marché de l’enfant-Jésus ».Des maisonnettes en bois sont installées devant la cathédrale de Strasbourg pendant la période de Noël et proposent les décorations pour la maison et des friandises typiques de Noël.

 


La période de l’Avent

couronne de l'avent

calendrier

Dans la tradition chrétienne, depuis le pape Grégoire 1er la période de l’Avent (du latin adventus qui signifie la « venue » ou « l’avènement »), c’est-à-dire quatre semaines avant Noël, est un temps de préparation à la venue du Christ. Durant ces quatre semaines sont relus les textes liturgiques qui parlent de la venue du Christ parmi les hommes.

D’autres symboles s’associent à cette période tel le calendrier de l’Avent et la couronne de l’Avent. Le calendrier de l’Avent vient d’une tradition germanique pour faire patienter les enfants avant Noël. Au 19e siècle, certaines familles protestantes distribuent aux enfants pendant 24 jours des images pieuses comportant une citation biblique. Puis des calendriers en carton comportant 24 portes ou fenêtres à ouvrir sont commercialisés en 1920. Dans chaque niche se trouvent des biscuits, des surprises en chocolat et plus récemment des petits jouets. Voici un exemple de calendrier de l’Avent en bois et en carton comportant 24 petites niches dans lesquelles sont placées des surprises.Le calendrier n’échappe pas à la frénésie commerciale de notre société de consommation : à Noël 2011, on a vu apparaître des calendriers de l’Avent comportant des friandises pour chiens et chats commercialisés par une grande marque de nourriture pour chiens et chats ! La couronne de l’Avent est composée généralement de branches de sapin entrelacées sur un support rigide de forme sphérique, décorées de rubans rouges et de quatre bougies. Elle est confectionnée pour le premier dimanche de l’Avent. Les quatre bougies sont progressivement allumées les quatre dimanches de l’Avent. Pour cette couronne, on constate également un mélange de traditions profanes et religieuses. En Suède, les bougies sont symboles de pureté et de fête. La couleur verte des branches de sapin renvoie à la végétation qui s’est éclipsée lors des longs mois d’hiver. Pour les chrétiens, la couronne symbolise le Christ roi. Les feuilles de houx aux extrémités piquantes qui peuvent entrer dans la confection de la couronne, symbolisent la couronne d’épines portée par le Christ mais, le houx dont le feuillage est persistant symbolise aussi l’éternité de Dieu.


La galette des rois

galette

La galette des rois est confectionnée, notamment en France, le 6 janvier pour l’ Épiphanie. Elle consiste en une pâte feuilletée fourrée de frangipane à base de pâte d’amande et dans laquelle on cache une fève. Dans le sud de la France, il est de tradition de confectionner un gâteau appelé « royaume ». C’est une brioche en forme de couronne avec des fruits confits et des boules de sucre.
Recette de la galette : Ingrédients : deux pâtes feuilletées, 125g de sucre, 125g de beurre, 125g de poudre d’amandes, 2 œufs, 1 jaune d’œuf pour dorer la galette.Dérouler une pâte feuilletée sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Mélanger le sucre, le beurre ramolli mais non fondu, la poudre d’amandes et les œufs jusqu’à obtenir un mélange homogène. Verser ce mélange au centre de la pâte feuilletée. Cacher une fève dans la galette. Recouvrir avec la 2e pâte feuilletée. Bien souder les bords des deux pâtes feuilletées. Dessiner délicatement des croisillons sur la galette avec la pointe d’un couteau sans la perforer. Dorer la galette avec le jaune d’œuf. Mettre au four à 180°, surveiller la cuisson jusqu’à ce que la galette soit bien dorée.


Noël orthodoxe

Lorsque le pape Grégoire XIII instaure le calendrier grégorien en 1582, les Églises orthodoxes refusent de se conformer aux instructions de ce dernier et continuent à suivre le calendrier julien en vigueur depuis la Rome antique. Cependant, le courant moderniste orthodoxe adopte au début du 20e siècle le 25 décembre pour fêter Noël, c’est le cas des Églises orthodoxes grecque, roumaine et bulgare. En Russie, en Serbie, en Biélorussie et en Ukraine Noël tombe le 7 janvier selon le calendrier julien. Dans les Églises orthodoxes, Noël est précédé d’un Carême de 40 jours. C’est un jeûne pendant lequel la viande et le poisson ne sont autorisés ni le mercredi (jour de la trahison de Judas) ni le vendredi (jour de la crucifixion). La veille de Noël, les croyants jeûnent toute la journée jusqu’à l’apparition de la première étoile. Puis ils mangent du riz ou du blé accompagnés de fruits secs. Les traditions populaires pendant la période de Noël varient selon les pays. L’office de Noël est souvent célébré de nuit et est particulièrement solennel. Dans la liturgie, la naissance du Christ est associée à la lumière :« Ta naissance o Christ, notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de l’intelligence. Ceux qui servaient les astres sont instruits par l’astre de T’adorer, Soleil de justice, et Te contempler, Orient venant des hauteurs, Seigneur, gloire à Toi ! »« La Vierge aujourd’hui met au monde l’Éternel, et la terre offre une grotte à l’Inaccessible. Les anges et les pasteurs Le louent et les mages avec l’étoile s’avancent. Car Tu es né pour nous petit enfant, Dieu éternel ! »


Quelques traditions de Noël dans les pays de l’est

traditions

En Serbie, on a coutume de bénir les bûches en bois au moment de Noël. En Ukraine, les enfants fabriquent une étoile de bergers et vont de maison en maison glorifiant la naissance du Christ en chantant des cantiques de Noël ; en échange, les habitants leur donnent des friandises. En Russie et en Ukraine - tout comme en Allemagne d’ailleurs – on fabrique des pains d’épices de formes différentes.En Russie, le père Noël est appelé « Père Gel » et distribue les cadeaux aux enfants non pas le jour de Noël (le 25 décembre) mais le jour de l’an. Il est accompagné de sa petite fille « la fille des neiges » (Sniégourotchka en russe). Cette tradition est récente puisqu’elle puise sa raison d’être dans la période soviétique durant laquelle toute célébration religieuse était interdite. Ainsi on assiste à un « renversement » entre deux traditions : le régime soviétique utilise deux personnages issus des contes populaires russes et plaque cette fête sur une ancienne fête chrétienne.


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie