Le péché originel

Le récit dit « du péché originel » (le texte biblique lui-même n’emploie ni le mot « péché » ni le mot « originel ») relate la transgression consciente et volontaire de la loi divine par Adam et Eve. Dieu avait en effet interdit de manger de l’arbre de la connaissance situé au milieu du jardin d’Éden.
Genèse 2, 16-17 Le SEIGNEUR Dieu prescrivit à l'homme: "Tu pourras manger de tout arbre du jardin, mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais car, du jour où tu en mangeras, tu devras mourir.
Cependant, d’après le récit, Eve influencée par le serpent, cueille un fruit, le mange et le propose à Adam qui le mange également. Une des principales conséquences en est qu’Adam et Eve sont chassés du paradis.
Genèse 3,1-8 et 22-23 Or le serpent était la plus astucieuse de toutes les bêtes des champs que le SEIGNEUR Dieu avait faites. Il dit à la femme: "Vraiment! Dieu vous a dit: Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin..." La femme répondit au serpent: "Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n'en mangerez pas et vous n'y toucherez pas afin de ne pas mourir. Le serpent dit à la femme: "Non, vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais." La femme vit que l'arbre était bon à manger, séduisant à regarder, précieux pour agir avec clairvoyance. Elle en prit un fruit dont elle mangea, elle en donna aussi à son mari, qui était avec elle, et il en mangea. Leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils surent qu'ils étaient nus. Ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des pagnes. Or ils entendirent la voix du SEIGNEUR Dieu qui se promenait dans le jardin au souffle du jour. L'homme et la femme se cachèrent devant le SEIGNEUR Dieu au milieu des arbres du jardin.[...] Le SEIGNEUR Dieu dit: "Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous par la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. Maintenant, qu'il ne tende pas la main pour prendre aussi de l'arbre de vie, en manger et vivre à jamais!" Le SEIGNEUR Dieu l'expulsa du jardin d'Éden pour cultiver le sol d'où il avait été pris.
Nous vous conseillons de relire tout le texte, Genèse 2,15 à 3,24.


L’évangile selon Jean

L’évangile selon Jean utilise un langage symbolique. Les thèmes de la « lumière », de « l’eau vive », du « pain » sont fréquents. L’auteur du quatrième évangile développe une « christologie de l’envoyé », c’est-à-dire que le Christ est véritablement Dieu puisqu’il est son envoyé. La révélation se caractérise par la lumière: Jean 1,9 Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme, l’esprit, la vie, la vérité et la liberté, envoyés dans le monde qui est caractérisé par les ténèbres, la chair, la mort, le mensonge et la servitude.
Jean 1,1-18 Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement tourné vers Dieu.
Tout fut par lui,
et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.
En lui était la vie
et la vie était la lumière des hommes,
et la lumière brille dans les ténèbres,
et les ténèbres ne l'ont point comprise.
Il y eut un homme, envoyé de Dieu: son nom était Jean.
Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui.
Il n'était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière.
Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme.
Il était dans le monde,
et le monde fut par lui,
et le monde ne l'a pas reconnu.
Il est venu dans son propre bien,
et les siens ne l'ont pas accueilli.
Mais à ceux qui l'ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu.
Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair
et il a habité parmi nous
et nous avons vu sa gloire,
cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.
Jean lui rend témoignage et proclame:
"Voici celui dont j'ai dit: après moi vient un homme qui m'a devancé, parce que, avant moi, il était."
De sa plénitude en effet, tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce.
Si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Personne n'a jamais vu Dieu; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l'a dévoilé.

 


Inscription de Jésus dans l'histoire

L’évangile selon Matthieu commence par une généalogie qui ressemble en tout point aux généalogies présentes dans l’Ancien Testament. Matthieu 1,1-17 Livre des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham: Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères, Juda engendra Pharès [...] Josias engendra Jéchonias et ses frères; ce fut alors la déportation à Babylone. Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, [...] Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, que l'on appelle Christ. Le nombre total des générations est donc: quatorze d'Abraham à David, quatorze de David à la déportation de Babylone, quatorze de la déportation de Babylone au Christ. Cette généalogie inscrit Jésus dans l’histoire et affirme qu’il est le fils de David, lui-même fils d’Abraham. Ce récit marque également une continuité entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament. Jésus appartient au peuple élu, cependant il est venu pour tous les humains. Le message d’universalité réside dans le fait que les mages, originaires de pays étrangers, viennent l’adorer.

En revanche, dans l’évangile selon Luc, il est simplement fait mention que Joseph est de la maison de David (Luc 1,27). La généalogie viendra au chapitre 3. Luc 1,26-38 Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David; cette jeune fille s'appelait Marie. L'ange entra auprès d'elle et lui dit: "Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi." A ces mots, elle fut très troublée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit: "Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n'aura pas de fin." Marie dit à l'ange: "Comment cela se fera-t-il puisque je n'ai pas de relations conjugales?" L'ange lui répondit: "L'Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé Fils de Dieu. Et voici que Élisabeth, ta parente, est elle aussi enceinte d'un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile, car rien n'est impossible à Dieu." Marie dit alors: "Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l'as dit!" Et l'ange la quitta.
L’universalité est temporelle : l’ange annonce à Marie que le règne de son fils "n’aura pas de fin" (verset 33).


Les récits de l’enfance

cl 4 nativite

Les récits dits de l’enfance sont relatés de façon différente dans les évangiles selon Matthieu (Matthieu 1,1 à 2,23) et selon Luc (Luc 1,5 à 2,40) que nous vous invitons à relire.
Dans l’évangile selon Matthieu, le récit s’attache à répondre à la question : Qui est Jésus ? La généalogie de Jésus (Matthieu 1,1-17) qui débute l’évangile selon Matthieu permet de répondre à la question de l’identité de Jésus. Les récits de la naissance de Jésus (Matthieu 1,18-25), de l’envoi des mages instrumentalisés dans un premier temps par Hérode (Matthieu 2,1-12), de la persécution d’Hérode et de la fuite en Égypte (Matthieu 2,13-18) puis du retour en Galilée (Matthieu 2,19-23) inscrivent Jésus dans l’histoire d’Israël.

Ces récits rappellent des éléments de l’enfance et de la vie de Moïse dans l’Ancien Testament en particulier:
Exode 2,15 Le Pharaon entendit parler de cette affaire et chercha à tuer Moïse. Mais Moïse s'enfuit de chez le Pharaon; il s'établit en terre de Madiân et s'assit près du puits.Exode 4,19 Le SEIGNEUR dit à Moïse en Madiân: "Va, retourne en Égypte, car tous ceux qui en voulaient à ta vie sont morts."Exode 12,29-42 A minuit, le SEIGNEUR frappa tout premier-né au pays d'Égypte, du premier-né du Pharaon, qui devait s'asseoir sur son trône, au premier-né du captif dans la prison et à tout premier-né du bétail. Le Pharaon se leva cette nuit-là, et tous ses serviteurs et tous les Égyptiens, et il y eut un grand cri en Égypte car il ne se trouvait pas une maison sans un mort. Il appela de nuit Moïse et Aaron et dit: "Levez-vous! Sortez du milieu de mon peuple, vous et les fils d'Israël. Allez et servez le SEIGNEUR comme vous l'avez dit.
Les citations des prophètes de l’Ancien Testament et l’apparition de l’ange du Seigneur attestent que Jésus est fils de Dieu.

L’évangile selon Luc procède par parallélisme entre deux récits : l’annonce de la naissance de Jean (Luc 1,5-25) et l’annonce de la naissance de Jésus (Luc 1,26-38) ; l’hymne de Marie (Luc 1,46-56) et l’hymne de Zacharie (Luc 1,67-79) ; la naissance et la circoncision de Jean (Luc 1,57-66) et la naissance et la circoncision de Jésus (Luc 2,1-21). Cependant le texte précise bien la différence de destin entre les deux enfants : Jean sera rempli d’Esprit saint (Luc 1,15) alors que Jésus sera saint et sera appelé Fils de Dieu (Luc 2,35) ; la jeunesse de Jean le Baptiseur (Luc 1,80) et la jeunesse de Jésus (Luc 2,39-40).

 

Matthieu 1-2

Luc 1-2 et 3,23-38

Généalogie qui commence par Abraham (1,1-17)

Généalogie qui remonte à Adam (3,23-38)

Annonce faite à Joseph (1,18-25)

Annonce faite à Zacharie et à Marie (1,5-38)

 

Visitation (1,39-56)

 

Naissance et circoncision de Jean-Baptiste (1,57-80)

 

Naissance de Jésus à Bethléem (2,1-7)

Visite des Mages (2,1-12)

Visite des bergers (2,8-20)

Fuite en Égypte et massacre des innocents (2,13-18)

 
 

Circoncision et présentation au Temple (2,21-38)

Retour à Nazareth (2,19-23)

Vie cachée à Nazareth (2,39-40)

 

Jésus au Temple à douze ans (2,41-52)

Cuvillier, Élian, Naissance et enfance d’un Dieu. Jésus Christ dans l’évangile de Matthieu, Paris:Bayard, 2005, p. 21.


Une fiction théologique

Matthieu 2,1-12 Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent: "Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Nous avons vu son astre à l'Orient et nous sommes venus lui rendre hommage." A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s'enquit auprès d'eux du lieu où le Messie devait naître. "A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car c'est ce qui est écrit par le prophète: Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda: car c'est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël, mon peuple." Alors Hérode fit appeler secrètement les mages, se fit préciser par eux l'époque à laquelle l'astre apparaissait, et les envoya à Bethléem en disant: "Allez vous renseigner avec précision sur l'enfant; et, quand vous l'aurez trouvé, avertissez-moi pour que, moi aussi, j'aille lui rendre hommage." Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route; et voici que l'astre, qu'ils avaient vu à l'Orient, avançait devant eux jusqu'à ce qu'il vînt s'arrêter au-dessus de l'endroit où était l'enfant. A la vue de l'astre, ils éprouvèrent une très grande joie. Entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage; ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner auprès d'Hérode, ils se retirèrent dans leur pays par un autre chemin.

Le récit des mages est une réflexion sur « qui est Jésus ? », lui qu’on annonce comme le Messie. Ce texte présente des points communs avec des récits légendaires appartenant à la littérature juive et païenne. Il traite de façon similaire de la naissance d’un personnage important.L’apparition d’une étoile lors de la naissance d’un personnage important est un thème littéraire classique à l’époque. Les mages représentent des personnages appartenant à d’autres peuples et venant de régions lointaines. Dans l’évangile selon Matthieu, les mages sont des savants venus du monde païen. Le récit raconte comment ce nouveau-né s’adresse d’emblée à tous.

 


Les récits d’annonce

Le récit de l’enfance dans l’évangile selon Luc reprend le schéma des récits d’annonce de l’Ancien Testament :

  1. Situation initiale des personnages : les parents de Jean (Zacharie et Élisabeth) ou de Jésus (Marie et Joseph) sont des personnes dignes confrontées à la stérilité pour Élisabeth et à la virginité pour Marie.
  2. Apparition de l'ange.
  3. Trouble chez Zacharie et chez Marie face à la visite de l'ange.
  4. Annonce de la naissance de Jean et de Jésus.
  5. Un signe est demandé par Zacharie et par Marie face à l’étrangeté de la situation : Élisabeth est âgée et stérile et Marie est vierge. Comment pourraient-elles tomber enceintes ?
  6. L’ange précise la nature du signe. Il rassure les personnages et annonce qu'il s'agit du dessein de Dieu. Zacharie sera muet en sortant du temple et jusqu’au jour de la naissance de Jean. L’ombre de la puissance de Dieu recouvrira Marie.
  7. Le signe se manifeste et ce qui était annoncé se réalise, c'est à dire la naissance de Jean et de Jésus.

 

Luc 1,5-79 Il y avait au temps d'Hérode, roi de Judée, un prêtre nommé Zacharie, de la classe d'Abia; sa femme appartenait à la descendance d'Aaron et s'appelait Élisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu et ils suivaient tous les commandements et observances du Seigneur d'une manière irréprochable. Mais ils n'avaient pas d'enfant parce qu'Élisabeth était stérile et ils étaient tous deux avancés en âge. Vint pour Zacharie le temps d'officier devant Dieu selon le tour de sa classe; suivant la coutume du sacerdoce, il fut désigné par le sort pour offrir l'encens à l'intérieur du sanctuaire du Seigneur. Toute la multitude du peuple était en prière au-dehors à l'heure de l'offrande de l'encens. Alors lui apparut un ange du Seigneur, debout à droite de l'autel de l'encens. A sa vue, Zacharie fut troublé et la crainte s'abattit sur lui. Mais l'ange lui dit: "Sois sans crainte, Zacharie, car ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t'enfantera un fils et tu lui donneras le nom de Jean. Tu en auras joie et allégresse et beaucoup se réjouiront de sa naissance. Car il sera grand devant le Seigneur; il ne boira ni vin ni boisson fermentée et il sera rempli de l'Esprit Saint dès le sein de sa mère. Il ramènera beaucoup de fils d'Israël au Seigneur leur Dieu; et il marchera par devant sous le regard de Dieu, avec l'esprit et la puissance d'Élie, pour ramener le coeur des pères vers leurs enfants et conduire les rebelles à penser comme les justes, afin de former pour le Seigneur un peuple préparé." Zacharie dit à l'ange: "A quoi le saurai-je? Car je suis un vieillard, et ma femme est avancée en âge." L'ange lui répondit: "Je suis Gabriel qui me tiens devant Dieu. J'ai été envoyé pour te parler et pour t'annoncer cette bonne nouvelle. Eh bien, tu vas être réduit au silence et tu ne pourras plus parler jusqu'au jour où cela se réalisera, parce que tu n'as pas cru à mes paroles qui s'accompliront en leur temps." Le peuple attendait Zacharie et s'étonnait qu'il s'attardât dans le sanctuaire. Quand il sortit, il ne pouvait leur parler et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le sanctuaire; il leur faisait des signes et demeurait muet. Quand prit fin son temps de service, il repartit chez lui. Après quoi Élisabeth, sa femme, devint enceinte; cinq mois durant elle s'en cacha; elle se disait: "Voilà ce qu'a fait pour moi le Seigneur au temps où il a jeté les yeux sur moi pour mettre fin à ce qui faisait ma honte devant les hommes." Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David; cette jeune fille s'appelait Marie. L'ange entra auprès d'elle et lui dit: "Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi." A ces mots, elle fut très troublée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit: "Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n'aura pas de fin." Marie dit à l'ange: "Comment cela se fera-t-il puisque je n'ai pas de relations conjugales?" L'ange lui répondit: "L'Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé Fils de Dieu. Et voici que Élisabeth, ta parente, est elle aussi enceinte d'un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile, car rien n'est impossible à Dieu." Marie dit alors: "Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l'as dit!" Et l'ange la quitta. En ce temps-là, Marie partit en hâte pour se rendre dans le haut pays, dans une ville de Juda. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, lorsque Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant bondit dans son sein et Élisabeth fut remplie du Saint Esprit. Elle poussa un grand cri et dit: "Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein! Comment m'est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur? Car lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l'enfant a bondi d'allégresse en mon sein. Bienheureuse celle qui a cru: ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s'accomplira!" Alors Marie dit: "Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit s'est rempli d'allégresse à cause de Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a porté son regard sur son humble servante. Oui, désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse, parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses: saint est son Nom. Sa bonté s'étend de génération en génération sur ceux qui le craignent. Il est intervenu de toute la force de son bras; il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse; il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et il a élevé les humbles; les affamés, il les a comblés de biens et les riches, il les a renvoyés les mains vides. Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté, comme il l'avait dit à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa descendance pour toujours." Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle retourna chez elle. Pour Élisabeth arriva le temps où elle devait accoucher et elle mit au monde un fils. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur l'avait comblée de sa bonté et ils se réjouissaient avec elle. Or, le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l'enfant et ils voulaient l'appeler comme son père, Zacharie. Alors sa mère prit la parole: "Non, dit-elle, il s'appellera Jean." Ils lui dirent: "Il n'y a personne dans ta parenté qui porte ce nom." Et ils faisaient des signes au père pour savoir comment il voulait qu'on l'appelle. Il demanda une tablette et écrivit ces mots: "Son nom est Jean"; et tous furent étonnés. A l'instant sa bouche et sa langue furent libérées et il parlait, bénissant Dieu. Alors la crainte s'empara de tous ceux qui habitaient alentour; et dans le haut pays de Judée tout entier on parlait de tous ces événements. Tous ceux qui les apprirent les gravèrent dans leur coeur; ils se disaient: "Que sera donc cet enfant?" Et vraiment la main du Seigneur était avec lui. Zacharie, son père, fut rempli de l'Esprit Saint et il prophétisa en ces termes: "Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, parce qu'il a visité son peuple, accompli sa libération, et nous a suscité une force de salut dans la famille de David, son serviteur. C'est ce qu'il avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes d'autrefois: un salut qui nous libère de nos ennemis et des mains de tous ceux qui nous haïssent. Il a montré sa bonté envers nos pères et s'est rappelé son alliance sainte, le serment qu'il a fait à Abraham notre père: il nous accorderait, après nous avoir arrachés aux mains des ennemis, de lui rendre sans crainte notre culte dans la piété et la justice sous son regard, tout au long de nos jours. Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras par devant sous le regard du Seigneur, pour préparer ses routes, pour donner à son peuple la connaissance du salut par le pardon des péchés. C'est l'effet de la bonté profonde de notre Dieu: grâce à elle nous a visités l'astre levant venu d'en haut. Il est apparu à ceux qui se trouvent dans les ténèbres et l'ombre de la mort, afin de guider nos pas sur la route de la paix."


Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie
Soutenir Théovie