Le texte de l'Evangile selon Luc interroge son lecteur de différentes manières...

"Durant le sabbat, elles se reposèrent selon le commandement.

Le premier jour de la semaine, alors que l’aube était profonde, elles vinrent à la tombe en portant les aromates qu'elles avaient préparés.

Elles trouvèrent la pierre roulée de devant le tombeau.

Étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.

Et voici qu’il advint, comme elles étaient plongées dans l’embarras à ce sujet, que deux hommes se tinrent devant elles en vêtements éblouissants.

Tandis que, saisies de crainte, elles baissaient le visage vers la terre, ils leur dirent:

"Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts? Il n'est pas ici, mais il a été ressuscité. Rappelez-vous comment il vous a parlé quand il était encore en Galilée disant que le Fils de l'homme devait être livré aux mains d’hommes pécheurs, être crucifié et ressusciter le troisième jour."

Et elles se rappelèrent ses paroles.

Une fois revenues du tombeau, elles annoncèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.

C'étaient Marie de Magdala et Jeanne et Marie de Jacques et les autres femmes avec elles. Elles disaient cela aux apôtres.

Et leurs paroles parurent devant eux comme un délire, et ils ne croyaient pas ces femmes."

Evangile selon Luc 23,56-24,11

Si vous avez envie de répondre aux questions posées dans le message de Pâques envoyé aux inscrits de Théovie, allez-y!

Le 14/01/2019 à 13h49, par Alban

Chère Roseline, je pense en effet que nous allons de résurrection en résurrection autrement que nous expérimentons la mort ou des morts au cours de notre finitude biologique. Alors pourquoi n'expérimenteront pas des vies après notre mort?
Je crois qu'il y a une vie après la mort du fait qu'il y a la mort au sein de nos vies.
D'autre part si l'ame est attaché au corps qu'en est il de l'esprit?

Le 14/01/2019 à 08h08, par Roseline

Alban,merci d'avoir fait part de votre point de vue à propos de Jésus Fils de Dieu, Fils de l'Homme. Vous semblez donc dire que seul l'homme mortel est crucifié et mort, et que ce qui "ressuscite",(qu'est-ce que cela signifie au fait?)c'est l'homme spirituel si je puis dire, l'âme, comme diraient les Grecs. Je comprends les choses d'une autre façon:"l'âme" ne pouvant exister sans le corps (voir l'Ancien Testament,plus proche en cela de la vision scientifique, pour qui nous sommes des corps, en tant qu'êtres vivants, promis à devenir cadavres!)Jésus meurt, totalement. Ce qui se passe après, seules la poésie, la métaphore peuvent essayer de l'exprimer...Le tout est que 2000 ans après, des milliers de personnes vivent de relire et méditer ces récits qui évoquent la vie et la mort de cet homme particulier, par qui chacun peut aller dans sa vie de "résurrection" en "résurrection".Vous me direz, on n'est pas plus avancé! parce que le mot fait exister ce qui n'est pas représentable et pour cause, puisque c'est du domaine du récit fondateur, pour ne pas dire du mythe,mot qui n'est pas péjoratif dans le sens où l'emploient aujourd'hui certains théologiens.

Le 10/01/2019 à 14h48, par Alban

C'est le fils de l'Homme qui a été crucifié; quant au fils de Dieu il est ressuscité.

Le 25/12/2018 à 12h49, par Roseline

Bonjour, joyeux Noël à tous! Je voudrais juste faire part de quelques réflexions à propos de vie et de mort. J'écoutais récemment en podcast,le service protestant de France Culture du 23 décembre, sur le texte de Jean dit "la résurrection de Lazare", à propos duquel le pasteur disait en substance, si ma mémoire ne transforme pas trop le souvenir:" Marthe et Marie demandent à Jésus la résurrection de leur frère Lazare et ce sont elles qui ressuscitent."Or le récit fait bien état d'un mort qui reprend vie, Lazare...même si le discours de Jésus invite Marthe à se décentrer et à voir dans le mot "ressusciter" autre chose que le retour à la vie d'un corps déjà en train de se décomposer. Il me semble que la difficulté de ce texte (comme des textes tirés des évangiles plus généralement) tient au fait que l'on passe sans transition du plan physique au plan spirituel et qu'on joue sur le sens des mots! D'autre part le trouble est accentué par le fait que le texte donne des détails réalistes, qu'il rapporte des paroles raisonnables (le cadavre sent déjà c'est pourquoi le tombeau est déjà refermé, la mort est bien réelle!)et en même temps il raconte un fait raisonnablement inacceptable, qui relève donc du mythe,(le retour à la vie d'un homme réellement mort et non d'un homme qui serait passé pour mort sans l'être vraiment).La difficulté est que le langage ne marque pas de différence entre la réalité et le mythe,il me semble.

Le 16/11/2018 à 22h46, par Jean-Paul

Bonjour, ou bonsoir à vous.
Je ne réponds pas vraiment à l'une ou l'autre de vos remarques ou questions.
Un commentaire, peut-être sur l'expression "Celui qui est vivant" ... donc pas mort !
Dans la tradition juive, dans le premier testament, la mort n'est pas que biologique. Depuis Genèse 3, la mort, c'est la rupture de la relation directe à Dieu.
Si Jésus est vivant, et c'est le message de cet ange messager (pléonasme), il est en relation directe, encore, avec son Père. Cela ne peut être dans le Shéol, le séjour des morts.
Mais dans le monde grec où l'évangile va se propager et y fusionner ses traditions linguistiques, théologiques, philosophiques, la mort n'est que biologique. Cela change tout dans la compréhension dont nous avons héritée qui n'est pas celle du judaïsme du début du premier siècle.
Il me semble que l'on peut faire une distinction entre l'absence du corps et le statut de vivant.
Dans ce passage, comme très souvent dans la Bible, une perle (petite remarque pleine de beauté et de concentré de théologie) : Elles sont dans l'obscurité d'une tombe bien avant le lever du jour, bref elles sont dans le noir ! Obscurité aux yeux. Alors, que voient-elles vraiment sinon le vide? Et c'est alors leur jugement et leur compréhension du monde qui s'obscurcie. Et dans le noir du noir, deux homme aux habits lumineux surgissent, vivants dans le noir de la tombe (puisqu'elles y sont encore ! Lumière 'sur'humaine dans le noir du doute. Lumière d'une parole qui éclaire dans la nuit de l'incompréhension...

Vous devez être connecté avec votre compte pour pouvoir poster un commentaire

Veuillez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Théovie se présente

Théovie se présente

Echangeons !

?Questions?       !Découvertes!       ...Hésitations... Participez aux forums de discussion sur les différentes formations
Carte des groupes Trouvez un groupe près de chez vous
Livre d'or Partagez vos impressions sur le livre d'or Théovie

Théovie: Comment ça marche ?

Théovie: Comment ça marche ?
Soutenir Théovie